Le cas Eduard Einstein
EAN13
9782081248571
ISBN
978-2-08-124857-1
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Littérature française
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
312 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
"Mon fils est le seul problème sans solution", écrit Albert Einstein en exil. Eduard a vingt ans au début des années 1930 quand sa mère Mileva, le conduit à l'asile. Le fils d'Einstein finira ses jours parmi les fous, délaissé de tous, dans la plus total dénuement.
Trois destins s'entrecroisent dans ce roman, sur fond de tragédie du siècle et d'épopée d'un géant. Laurent Seksik dévoile un drame de l'intime où résonnent la douleur d'une mère, les faiblesses des grand hommes et la voix du fils oublié.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

3 janvier 2015

folie

Ce roman entre dans l'intimité du second fils d'Albert Einstein, Eduard. On devine, au fil des pages et des descriptions, qu'il est schizophrène. Or, dans les années 30, il n'existait aucune médecine ni aucune thérapie capable, si ce n'est de ...

Lire la suite

20 septembre 2013

Le nom Einstein est associé à Albert. Avant d'ouvrir ce livre, je ne savais pas que génie avait eu deux fils dont le cadet Edouard souffrait de schizophrénie, maladie déclaré à ses vingts ans. Ces deux enfants sont issus de ...

Lire la suite

par (Libraire)
19 septembre 2013

l'autre Albert Einstein

La vie d'Albert Einstein, à travers le regard de son fils. Père odieux, personnage peu sympathique. Envahi par ses recherches, et sa stature, il fut un père peu enviable.... L'auteur, avec justesse, détail et simplicité, nous fait penetrer dans ce ...

Lire la suite

par (Libraire)
19 septembre 2013

un autre Albert Einstein

La vie d'Albert Einstein, à travers le regard de son fils.... Père odieux, personnage peu sympathique. Envahi par ses recherches, et sa stature, il fut un père peu enviable. L'auteur, avec justesse, détail et simplicité, nous fait penetrer dans ce ...

Lire la suite

27 août 2013

Un problème non résolu

« Avoir pour père le génie du siècle ne m’a jamais servi à rien ». L’auteur de cette phrase n’est autre que le fils d’Albert Einstein, Eduard, schizophrène dès l’âge de 20 ans, qui passa le restant de son existence, ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Laurent Seksik