Yv

http://lyvres.over-blog.com/

Je lis, je lis, je lis, depuis longtemps. De tout, mais essentiellement des romans. Pas très original, mais peu de lectures "médiatiques". Mon vrai plaisir est de découvrir des auteurs et/ou des éditeurs peu connus et qui valent le coup.

par
10 décembre 2010

Sur la couverture, il est noté roman de société, j'ai cru comprendre que cela signifiait que sur la base d'éléments concrets de la vie actuelle, l'auteur écrivait une fiction. Là, Caroline Bruno-Charrier part de faits avérés et de données réelles pour créer un roman d'anticipation. Elle décrit le quotidien de Jeanne et Pierre et celui d'Agathe et Jean, qui, eux, succombent aux sirènes de la consommation et achètent sans considération, produits manufacturés, voitures de luxe, et tout le confort disponible, pas forcément utile, mais tellement indispensable dans notre société de consommation.

Chacun fera sa vie en fonction des éléments météorologiques, géopolitiques qui découlent de nos modes de vie actuels.

Le roman n'est pas vraiment gai, car l'auteure pousse au paroxysme ce qui pourrait nous arriver si nous ne changeons pas immédiatement nos mentalités, notre consommation et nos actes de tous les jours : fonte des glaciers, assèchement des régions du sud, exodes des personnes, passions exacerbées (racisme, individualisme), extrême pauvreté, terrorisme, guerres de territoires entre les pays, éléments naturels totalement incontrôlables, géopolitique chamboulée et décideurs qui tentent de sauver ce qui peut l'être sans grand succès, ...

Les cent premières pages qui installent les personnages sont un peu longues, mais le plus intéressant du roman vient ensuite. A partir de données scientifiques, Caroline Bruno-Charrier nous prévoit donc un avenir apocalyptique, mais contrebalancé par des personnages optimistes dans l'adversité qui se relèvent malgré des mésaventures et des accidents de vie très graves. Les personnages sont hyperréalistes (une certaine naïveté dans la description de leur caractères que l'on pourrait reprocher à l'auteure) : j'avoue avoir été parfois déstabilisé par une manière de présenter les choses très différente de ce que je lis habituellement, autant dans le contexte que dans l'histoire des protagonistes. Malgré tout, j'ai eu l'envie d'aller au bout de ce roman, pas vraiment pour savoir ce qu'il advenait des personnages, mais plutôt pour connaître l'opinion de l'auteure sur notre avenir.

Très sensibles à la cause que défend Caroline Bruno-Charrier depuis plusieurs années, nous essayons de privilégier les maraîchers et producteurs locaux et les magasins bio, nous rénovons notre maison avec des produits naturels et bio (laine de chanvre, liège, ouate de cellulose, ...), etc, j'ai donc un a priori positif sur la démarche de l'auteure. Je n'ai pas encore poussé le raisonnement aussi loin qu'elle, à savoir me projeter dans l'avenir, mais ce livre nous fait absolument réfléchir sur nos gestes du quotidien et sur notre implication dans la destruction de la Terre. Un bon moyen de faire passer le message nécessaire et important de la sauvegarde de la planète : à lire, ne serait-ce que pour entamer, prolonger ou approfondir cette réflexion.

Les quatre morts de Jean de Dieu
par
10 décembre 2010

Andrée Chédid, dans un style à la fois simple et riche, avec de nombreuses références à la mythologie, à l'histoire, à la religion dresse un portrait d'un homme droit, bon et légèrement arc-bouté sur ses principes. Ses filles -et son fils- d'ailleurs le lui reprocheront qui s'en iront loin de lui pour ne plus subir sa domination. Un homme du début du siècle dernier : un patriarche !

Andrée Chédid aborde tellement de notions que j'ai peur d'en oublier ; Jean se pose des questions sur la religion, lui qui est devenu athée et qui s'oppose à sa femme et ses filles très croyantes et pratiquantes ; il s'interroge également sur le rôle de la poésie dans la société, le lien qu'elle a avec la science.

L'auteure décrit aussi l'absence de l'être que l'on perd, la peur qu'a Isabelita, la femme de Jean, de se retrouver seule, sa hantise de ne plus pouvoir toucher le corps de son mari. Malgré les attentions dont elle fait l'objet de la part de ses enfants et petits-enfants, malgré ses croyances en une autre vie après la mort, Isabelita est dans une souffrance qu'elle ne peut maîtriser : elle ne s'imagine pas vieillir seule. Jean lui manque. Sa présence physique.

La vieillesse est aussi un thème dont Andrée Chédid parle, très librement et très ouvertement. Elle qui, à quatre-vingt-dix ans continue à écrire admirablement et à raisonner d'une manière incroyable, elle nous donne à nous, ses lecteurs assidus d'environ la moitié de son âge -enfin, pour moi !-, une leçon de vie : "profitez de la vie" nous dit-elle. De chaque instant de votre vie. "Merci Madame Chédid, pour ce livre, mais aussi pour tous les autres" lui réponds-je, décidément toujours sous le charme de cette auteure, de son écriture et de son intelligence.

Un très beau roman sur la vie, la vieillesse et sur nos questions existentielles. Un très beau roman dont le fil rouge est tout simplement l'amour.

TUER, NE PAS TUER

Éditions des Syrtes

par
29 novembre 2010

Très beau texte, sensible qui propose le portrait d'un jeune homme de 19 ans timide, secret, objet de raillerie de la part de ses camarades de train. Tchinguiz Aïtmatov pose la question "des relations entre l'homme et le monde, et ses héros sont les porteurs d'un destin universel" (4ème de couverture). Serge part pour le front avec une recommandation de sa mère :"Seriojenka, surtout ne tue personne, ne verse pas le sang !" (p.65)

Ensuite, Serge pose sur sa mère un regard nouveau, la voit comme elle est réellement en tant que femme :

Pourquoi avait-elle dit cela ? Etait-ce dit par hasard ou mûrement médité ? Et il se souviendrait toute sa vie comment elle avait prononcé ces paroles, regardant son visage comme si elle venait juste de rentrer de quelque part au loin et de franchir le seuil de la maison pour lui dire ce qu'elle avait tout le temps pensé en chemin." (p.65)

Récit très poétique qui met en avant la valeur et la qualité de la vie. Qui pose la question sur l'intérêt et le bénéfice des guerres, pas de manière naïve mais humainement parlant : qui est réellement le vainqueur ? Celui qui a tué le plus ? L'auteur ne se pose pas en moralisateur, mais pose simplement les questions, la question essentielle : "Tuer, ne pas tuer ?"

Un très beau texte à découvrir.

Je m'en vais
par
9 novembre 2010

C'est l'histoire d'un homme qui essaie de sortir de l'impasse, qui tente de sauver sa galerie, qui en même temps cherche sans arrêt des femmes dont il ne peut se passer. Pas une grande histoire d'aventures, ni un polar, mais les aventures d'un homme lambda. Ce qui compte, dans ce livre, qui, entre parenthèses, a reçu le Prix Goncourt 1999, c'est le style, l'écriture de Jean Echenoz.

Il nous trimballe du début à la fin, il nous impose force détails n'ayant aucune importance pour le déroulement de l'histoire, tous aussi inutiles qu'indispensables pour la qualité et le ton du livre. Par exemple, lorsque Ferrer fait une attaque cardiaque, les pompiers sont appelés :" Les pompiers sont des beaux jeunes hommes calmes, rassurants et musclés, ils sont équipés de tenues bleu marine, d'accessoires en cuir et de mousquetons à leur ceinture. C'est en douceur qu'ils installèrent Ferrer sur une civière, c'est avec précision que la civière s'introduisit dans leur camion." (p.161/162) Le texte est constellé de ces détails qui lui donnent un côté détaché et ironique.

Le livre est écrit à la troisième personne du singulier, Ferrer étant le personnage principal. Parfois, on voit le monde selon Ferrer, mais l'auteur utilise aussi beaucoup le "on", qui s'il déstabilise un peu au départ augmente encore ce que j'appelais plus haut le détachement et l'ironie : on ne sait jamais vraiment si Jean Echenoz a de la sympathie voire de l'empathie pour Ferrer ou s'il se moque de lui. Pour ma part, la moquerie me semble plus présente, c'est du moins de cette manière que j'ai lu ce roman.

Parfois aussi, Jean Echenoz nous prend à témoin, nous lecteurs, par exemple, lorsqu'une jeune femme rejoint Ferrer dans des toilettes "et se mit à vouloir le griffer et le mordre puis, abandonnant toute retenue, le dégrafer tout en s'agenouillant en vue de va savoir quoi, ne fais pas l'innocent, tu sais parfaitement quoi." (p.239) Tellement d'autres écrivains auraient sauté le pas, si je puis m'exprimer ainsi, pour balancer une vulgarité ou pour décrire l'acte, car ça peut faire vendre.

Vous l'aurez compris, j'ai passé un très bon moment avec Ferrer et Jean Echenoz pour ce roman Prix Goncourt 1999 ; Jean Echenoz que j'ai découvert avec Ravel, livre dans lequel il raconte les derniers moments du compositeur, et dont je compte bien continuer de découvrir l'oeuvre.