o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

Prends ma main
20 janvier 2019

Du sang et du suspense

Si elle n’était pas romancière, on conseillerait à Megan Abbott de se faire vulcanologue. Depuis neuf romans, dix maintenant, elle excelle à sonder la psychologie féminine comme un scientifique observe le magma affleurant sous la croûte terrestre. De cette secrète alchimie entre hormones et neurones, de ce brouet intime de sentiments et de pulsions, elle fait une matière explosive à retardement, les blessures de jeunesse prêtes à entrer en éruption des années plus tard, armant un geste fatal.

Elle en est convaincue, l’adolescence est le moment clef d’une existence, un âge chahuté, parfois douloureux, où se modèle l’adulte à venir. Elle l’a affirmé avec force au travers des pom pom girls de « Vilaines filles » ou des gymnastes d’« Avant que tout se brise ». Deux livres qui ont marqué un virage réaliste dans son œuvre. Désormais, dépassant les exercices de style de ses débuts, elle se passe de clins d’oeil aux femmes fatales du cinéma et de la littérature populaires, pour se focaliser sur ses propres références et ses propres obsessions.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Stolen
15,00
20 janvier 2019

Enfance volée

Dans ce roman, nous découvrons l’histoire d’un jeune garçon aborigène, Joshua, adopté par un couple de Blancs. Il a eu la chance de grandir et de vivre une vie tout à fait normale et en a presque oublié ses origines. Jusqu’au jour où une fille du nom de Ruby se présente à lui comme sa sœur et lui parle de leur enlèvement dont il n’a aucun souvenir. Cet événement est le point de départ de leur aventure ainsi que la source d’une multitude de questions pour Joshua. Pourquoi a-t-il été enlevé ? Ses parents l’ont-ils abandonné ? Veut-il cependant vraiment savoir la vérité ?

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Doggerland
20 janvier 2019

La possibilité d'une île

Territoire émergé en mer du Nord, le Doggerland reliait la Grande Bretagne à l’Europe jusqu’au sixième millénaire avant notre ère, avant d’être recouvert par la montée des eaux. Dans ce roman impeccablement maîtrisé, il est ainsi question de séparation et de rapprochement entre les terres, mais aussi entre un homme et une femme, du temps qui passe et des souvenirs qui vont avec. Elisabeth Filhol, dans une langue précise et élégante, entremêle avec subtilité exigence scientifique et romanesque amoureux.

**Une tempête**

L’action se déroule sur quelques jours, durant la tempête Xaver de décembre 2013 qui frappe le nord de l’Europe.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Manifesto

Sabine Wespieser Éditeur

20 janvier 2019

**Manifesto de Léonor de Récondo est le coup de coeur de la librairie Tonnet à Pau dans
[le #54 de notre rubrique q u o i  l i r e ?

](https://www.onlalu.com/2019/01/15/quoi-lire-54-coup-de-coeur-libraire-37824)**

**La dernière nuit**

Tout au long de cette nuit du 24 au 25 mars 2015, Léonor de Recondo et Cécile, sa mère, accompagnent Félix dans ses derniers instants. Avec l’hôpital pour décors et les infirmières comme figurantes, c’est le dernier acte d’une vie qui se joue. Léonor et Cécile se parlent, elles lui parlent, mais un interlocuteur surprise s’invite dans leur conversation, et dialogue lui aussi avec Félix, inconscient, perdu dans ses rêves et son passé. Cet invité, Ernesto, est en réalité Ernest Hemingway. Félix l’a-t-il vraiment connu lorsqu’il était enfant en Espagne ? Possible, probable même, mais peu importe finalement, le fantôme de l’écrivain apporte un souffle d’air frais à ce huis-clos familial.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Le dimanche des mères
20 janvier 2019

La force du destin

Vous aimez la campagne anglaise, ses demeures, les histoires d’amour impossible entre maîtres et serviteurs ? Ce roman est non seulement pour vous, mais après sa lecture, vous aurez envie de lire tout ce qu’a écrit Graham Swift, trop méconnu en France, bien qu'il appartienne à la génération talentueuse des Ian McEwan, Martin Amis ou Julian Barnes.

**Maîtres et serviteurs**

L’intrigue se déroule le dimanche 30 mars 1924, une seule journée qui a déterminé la vie de Jane Fairchild, servante chez un couple aristocratique du Berkshire. Depuis sept ans, Jane entretient une relation amoureuse secrète avec Paul Sheringham, le fils d’une riche famille voisine, sur le point d’épouser une héritière de sa condition.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u